Chers Jaguines et Jaguens

Depuis quinze jours, nous sommes obligés de rester chez nous à cause d’une crise sanitaire sans précédent afin de limiter la propagation du virus COVID-19. A l’instant où j’écris, nous venons d’apprendre que cela durera quinze jours de plus. Il en va de notre responsabilité collective de suivre les consignes de manière stricte, pour nous protéger les uns les autres et pour éviter un débordement des capacités d’accueil et de soins de nos centres hospitaliers.

Ce confinement est un changement complet de nos habitudes. Pour nous tous, il est difficile de ne pas sortir, flâner, aller à la plage, de ne pas se retrouver en famille ou entre amis. Nous ressentons un impact négatif et nous apprenons tous les jours que le nombre de cas augmente. Il est tout naturel d’être inquiet. La seule attitude à adopter est de respecter les consignes et rester chez soi !

Grâce aux nouvelles technologies, les contacts demeurent, mais ce n’est pas le cas pour tous, tout le monde n’a pas d’ordinateur. C’est là que la solidarité entre en jeu, et c’est l’affaire de tous. Il est important de garder contact avec vos voisins directs, ils n’ont peut-être pas de moyens de communication, un signe de la main par la fenêtre est déjà beaucoup. Les services, les élus et moi-même prenons contact téléphoniquement avec les personnes isolées et vulnérables. Si vous avez connaissance de situations d’urgence, n’hésitez pas à nous les signaler.

En mairie, les services administratifs et techniques tournent au ralenti ; nous garantissons une continuité de service en assurant une permanence quotidienne (voir les détails sur le site internet de la mairie).

Je remercie ici toutes les personnes qui nous permettent de nous approvisionner au village et ceux qui se sont portés bénévoles pour aider. Surtout, je remercie et témoigne mon admiration à celles et ceux qui sont en première ligne (soignants, personnel de l’EHPAD, les services à domicile, pompiers, forces de l’ordre).

Prenez soin de vous. Restez chez vous. Cet épisode douloureux aura une fin.

Bien à vous.

Claire Emberson